"En 1772 les aventures de Kerguelen et Saint Aloüarn dans les mers du Sud " par Serge Duigou

Description

Yves de Kerguélen de Trémarec (1734-1797), était officier de la Marine royale.

A ce titre, il a participé à des batailles navales. Parallèlement, il est passionné par l’hydrographie et effectue des relevés en Bretagne, puis en mission dans l’Atlantique Nord, il cartographie la zone : Mer du Nord, côtes d’Islande, Groenland, Norvège. 

Devenu familier de la navigation dans les mers froides, il va convaincre le Roi Louis XV de lui confier une mission d’exploration dans le Pacifique Sud afin d’établir l’existence d’un continent austral. Il s’allie à Louis Aléno de Saint-Aloüarn (1738-1772), également officier de la Marine, pour cette expédition.

Ainsi, aux commandes de leurs navires, la Fortune (200 hommes) et le Gros-Ventre (100 hommes), ils partent le 16 janvier 1772, descendent les côtes africaines, se dirigent vers le Cap de Bonne Espérance, l’Ile Bourbon ( île de la Réunion ) et l’Ile de France ( île Maurice ). Puis ils poursuivent vers les terres inconnues.

Mais une surprise les attend. Le climat est plus froid que dans l’hémisphère nord pour la même latitude. L’équipage souffre. Le 13 février, la vigie aperçoit des oiseaux de mer et une terre, pas très hospitalière ( glaciers, montagne... ). Le temps est exécrable. Mais Kerguélen exulte. Il pense avoir trouvé le 6e continent. Il missionne l’un de ses officiers, François-Etienne de Rosily-Méros, pour commander la chaloupe et y débarquer. Ce sera un échec. La chaloupe chavire, son équipage est récupéré par le Gros-Ventre

 

Louis Aleno de Saint-Aloüarn charge alors son second, Charles du Boisguéhenneuc, d’opérer une nouvelle tentative qui réussit. Il débarque sur la plage et, comme le veut la tradition, l’enseigne de vaisseau prend possession des lieux en enfouissant une bouteille pourvue d’un parchemin et accompagné de pièces de monnaie à l’effigie du Roi de France, attestant la découverte par le débarquement sur la plage de La Possession

La tempête sépare les navires. Louis Aleno de Saint-Aloüarn attend la Fortune et la recherche vainement pendant plusieurs jours. Tandis que Kerguélen fait demi-tour vers l’Ile de France puis Brest où il arrive le 16 Juillet 1772 pressé de faire part au Roi de sa découverte.

Il ne manque pas de faire miroiter les ressources potentielles de ces terres. Il reçoit ainsi les honneurs.

 

Pendant ce temps, selon l’ordre annoncé dans la feuille de route et dans des conditions effroyables, le Gros Ventre poursuit sa navigation vers l’est et les côtes australiennes. Il arrive le 17 mars en vue des côtes de la Nouvelle-Hollande (l’Australie, dont le contour était encore très mal connu) et les suit en remontant vers le nord. Il en prend possession le 30 mars 1772 au nom du Roi de France Louis XV.

Epuisé et probablement malade du scorbut comme la plupart de son équipage (absence d’eau potable et pénurie de nourriture), Louis Aleno de Saint-Aloüarn revient à Port Louis ( Ile de France ) le 5 septembre, où son arrivée crée une grande surprise. Il y est hospitalisé et meurt le 27 octobre 1772, à 34 ans.

 

A bord des navires, chaque officier est tenu de consigner journellement les activités.

Ainsi et de fait, les témoignages et récits de Saint-Aloüarn, et de Boisguéhenneuc relatent les 2 prises de possession. Ils vont à l’encontre de ceux de Kerguélen, qui sera déchu de ses grades et emprisonné. Charles de Boisguéhenneuc reçoit la Croix de Saint Louis. 

En 1776, concernant la première prise de possession, le capitaine anglais James Cook montre qu'il s'agit d'un ensemble d'îles peu hospitalières et leur attribue le nom d’îles de la Désolation, ou encore d’Archipel des Kerguélen, du nom de celui qu’il pensait être leur découvreur.

Pour la 2e prise de possession, seize ans plus tard, en 1788, les Anglais qui devaient installer une première colonie à l’ouest de l’Australie proclamaient leur souveraineté sur l’ensemble de l’île-continent. 

 

En 1998, coup de théâtre. Après avoir étudié tous les écrits de l’époque, Philippe Godard, ingénieur à la retraite, mène une expédition archéologique franco-australienne. Il réussit à retrouver les marques de la prise de possession de 1772, enfouies dans le sable de la côte désertique au nord-ouest de l'Australie : une capsule en fer avec une pièce, un Louis.

Et, 6 mois plus tard une bouteille est retrouvée avec une 2e pièce de monnaie "Louis XV". La nouvelle fait le tour du monde. Ce site est désormais protégé. L'Australie aurait pu être française !

             Saint Aloüarn

         monnaie française

 

 

Détail
Thème
Histoire
Conférencier
Serge DUIGOU
Prix
Gratuit pour les adhérents
Date
05/12/2022 14h30
Lieu
CHATEAULIN, salle du Juvénat
Durée
02h00
Nombre de place
192