Histoire du cinéma, deuxième partie

Description

 «Histoire de cinéma» (2e partie) par Philippe CLOAREC

Le conférencier débute par une rétrospective des débuts de l’histoire du 7e Art ( av. la 2e guerre mondiale ).

Ainsi il évoque le cinéma français: celui des frères Lumière, mais aussi celui de Georges Méliès, pour qui le cinéma est de la magie; il introduit les trucages ( alchimiste de la lumière ), pour le meilleur ou le pire, dans le but de nous déconnecter de la réalité.

Il nomme également Griffith ( cinéma américain ) qui va jusqu'à observer les réactions des spectateurs dans les salles, afin de réaliser un cinéma réaliste. Ce formatage induit une perte de singularité.

Quant à l’expressionnisme du cinéma allemand, il ne cherche pas le beau mais le vrai avec des images d’une force insoupçonnée ( comme 90 % du cinéma américain de nos jours ).

Citons encore le cinéma russe avec « Le Cuirassé Potemkine » de Sergueï Eisenstein ( l’un des films les plus influents ), et enfin le réalisme poétique français des années 30.

Dans cette seconde partie, Philippe Cloarec aborde le « cinéma moderne » avec l’Italien Roberto Rossellini, figure majeure et fondatrice. En effet, le film « Voyage en Italie » est considéré comme le premier du genre. Il aura déstabilisé, outre le public, les acteurs eux-mêmes : Ingrid Bergman, sa compagne, et George Sanders, acteur britannique. C’était l’inverse de ce qui se faisait où tout était formaté et les dialogues soigneusement préparés.

Mais les critiques du cinéma, dont François Truffaut, apprécient le film et le distinguent comme « premier film moderrne ». Le spectacle est remplacé par le vécu. L’héroïsme est requalifié. Il s’agit d’histoires extraordinaires. Ici la vie peut être extraordinaire ( nouvel humanisme ). Nous sommes chacun, chacune, les héros de notre existence.

C’est l’exemple que le cinéma français doit suivre. Truffaut, Godard, Resnais, Bresson ... délaissent ainsi le cinéma classique pour faire entrer la vraie vie, la spontanéité et l’aventure dans le cinéma, avec une liberté créatrice.

Notre conférencier retrace aussi l’histoire du cinéma japonais classique, les films de samouraïs et ceux d’animation, avec par exemple « le Voyage de Chihiro » d’Hayao Miyazaki.

Quant au cinéma américain, il ressort que, dans tous les genres, il a produit des chefs-d’oeuvre (  film noir, western, comédie... ).

Cet historique a été ponctué, étayé par de nombreux extraits de films.

( Pour voir les photos, cliquer sur les les liens ci-dessous ).

philippe cloarec_01 philippe cloarec_02 philippe cloarec_03 philippe cloarec_04

 

Détail
Thème
Cinéma - théâtre - danse
Conférencier
Philippe CLOAREC
Prix
Gratuit pour les adhérents
Date
21/03/2022 10h00
Lieu
Juvénat Notre Dame
Durée
02h00
Nombre de place
190